« Retour | Archives | La une | Récits
Volume 4 Numéro 1
Carte de l'Acadie en 1757
par Jacques Nicolas Bellin, ingénieur de la Marine
Carte de l'Acadie en 1757
par Jacques Nicolas Bellin, ingénieur de la Marine
Les débuts de la Nouvelle-France - Un Québec qui se souvient

L'origine du nom Acadie, 1524

Sylvio Boudreau

Cadie, Larcadie, Lacadie, Arcadie, Accadie ou Acadie? Tous ces mots désignent le lieu de l'établissement de la première colonie française en Amérique du Nord qui comprend aujourd'hui le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard. Plusieurs historiens croient que vers 1524, en apercevant les beautés des côtes américaines (Delaware, Maryland et Virginie), l'explorateur et navigateur italien, Giovanni da Verrazzano se remémore la belle région de la Grèce antique portant le nom d'Arcadie. Il aurait désigné cette région en s'inspirant du poème L'Arcadie (1485) composé par son compatriote Sanazar. Une note envoyée au roi de France, François Ier, pour lequel travaille da Verrazzano explique cette croyance : « ... que nous nommâmes Arcadie, en raison de la beauté de ses arbres ». Le nom « Larcadie » est par la suite utilisé par les successeurs de da Verrazzano. Le nom est apparu sur des cartes avec plusieurs graphies telles Accadie, La Cadie et Lacadye. En effet, sur les anciennes cartes de Gastaldi (1548), de Zaltieri (1556) et de Milo (1570), ce terme est employé pour désigner la Nouvelle-Écosse d'aujourd'hui. Arcadie est de nouveau utilisé en 1575, par l'historien français André Thivet. D'autres avancent que le nom dérive des termes amérindiens tels que « Algatig » (micmac), signifiant lieu de campement, ou « Quoddy » (malécite), endroit fertile. On retrouve des variantes de ces termes dans les noms d'origine amérindiens tels Shubenacadie, Passamaquody et Tracadie. Néanmoins cette deuxième hypothèse est de plus en plus rejetée. Les noms « Acadie » ou « Lacadie » ont été utilisés pour la première fois en 1603, alors qu'Henry IV nomme Pierre Dugua, sieur de Mons, lieutenant général de la région s'étalant du 40e au 46e parallèles Nord. Samuel de Champlain en aurait omis le « r » dans ses écrits. Vers 1755, 2 500 Acadiens, de tradition française et catholique, se réfugient en Louisiane. Leur nom est raccourci en « Cadiens » et par la suite, la prononciation américaine a introduit le nom « Cajuns » dans le vocabulaire de la Louisiane. Les Cajuns d'aujourd'hui sont donc les descendants des Acadiens déportés.


Source : © Tous droits réservés, Fondation ConceptArt multimédia


« Retour