La fin de l'affaire

« Retour | Archives Carrousel
Volume 16 Numéro 9

Appel des jugements devant la Cour suprême du Nouveau-Brunswick (Hiver 1876)

Clarence LeBreton

Étrange procès que celui qui se termine à Bathurst en ce mois de décembre 1875. L'un des accusés est trouvé coupable, six sont incités à changer leur plaidoyer et à se déclarer coupable d'homicide involontaire, et deux sont relâchés en raison de leur jeune âge. Après ces nombreuses semaines d'audiences et compte tenu des fréquentes objections de l'avocat Thompson, le juge Allen comprend que seule une cour supérieure peut lui venir en aide. Comment peut-il rendre une sentence à l'égard de Joseph Chiasson, trouvé coupable, alors qu'il a dû se réserver 48 points de loi pour considération ultérieure au cours du procès ? En plus, à l'issue du procès pour émeute, Thompson a donné avis qu'il en appellerait du jugement. L'une des raisons invoquées par Thompson pour justifier cet appel est que, durant tout le procès, la Couronne a associé des éléments de deux causes distinctes, soit le procès relatif à l'émeute du 15 janvier et celui se rapportant au meurtre du 27 janvier 1875. Or, les deux procès seront revus en Cour d'appel qui, soit dit en passant, est la Cour suprême du Nouveau-Brunswick à l'époque. Décidément, rien ne va comme il se doit dans cette affaire. Pendant que le juge Allen dirige les procédures à Bathurst durant l'automne de 1875, il est nommé juge en chef de la Cour suprême du Nouveau-Brunswick1. Bref, Allen se retrouve dans la délicate situation d'entendre un appel sur des procès qu'il a lui-même présidés : du jamais vu ! Dès le 13 janvier 1876, les journaux annoncent que l'appel des accusés de Caraquet sera entendu le deuxième mardi de février2. Hélas, le jour venu, l'audience est reportée : l'avocat Thompson est absent3.
1. G. Stanley, p. 93. 2. Le Moniteur Acadien, le 13 janvier 1876. 3. Ibid., le 17 février 1876.

Cliquez pour plus de détailsL'affaire des émeutiers de Caraquet rebondit devant l'Assemblée législative (Printemps 1876)
L'affaire des émeutiers de Caraquet rebondit devant l'Assemblée législative. On pose des questions sur les dépenses encourues lors de l'affaire des émeutiers de Caraquet. Les coûts en surprennent plusieurs.
Cliquez pour plus de détailsDécision de la Cour suprême du Nouveau-Brunswick (Juin 1876)
Les jurés en première instance ont rendu des verdicts de culpabilité, mais en appel devant la Cour suprême, l'un des verdicts sera annulé.