Hier l'Acadie

« Retour | Archives Carrousel
Volume 13 Numéro 6
Les Acadiens fabriquent leurs vêtements, lingerie et chaussures.
Source : © Sylvio Boudreau
Les Acadiens fabriquent leurs vêtements, lingerie et chaussures.
Source : © Sylvio Boudreau

Textiles et vêtements

La fabrication artisanale des tissus est une occupation importante de la vie quotidienne des Acadiens. À partir de matières premières telles que le lin, la laine et le cuir, les Acadiens arrivent à fabriquer vêtements, lingerie et chaussures. Par le troc entre voisins ou par le commerce avec le marchand, on se procure le coton et d'autres étoffes nécessaires pour suppléer à la fabrication artisanale des tissus. Au printemps, tout le processus de production ou de transformation démarre. Le lin que l'on sème en mai est récolté en août pour en faire de la toile et de la corde. La tonte des moutons fournit la laine pour l'étoffe des vêtements et des couvertures. Les peaux des bêtes à cornes tuées l'automne précédent sont tannées pour fabriquer les souliers de peau. Les étapes de la transformation sont réparties sur plusieurs mois et font appel à plusieurs personnes de la maisonnée. Les hommes voient à la semence et à la récolte du lin ainsi qu'à la tonte des moutons. Les femmes voient au cardage, au filage, au tissage et à la couture. Quant aux enfants, leurs petites mains écharpillent la laine des moutons et défont celle des vieux vêtements. Si on prend la peine de l'examiner, le costume acadien est représentatif de nombreux facteurs économiques, sociaux et climatiques, en même temps que de l'expression tangible des valeurs traditionnelles d'un peuple ou d'une collectivité. Ainsi, le costume acadien a peu varié en ce qui concerne la coupe et les éléments qui le constituent avant la seconde moitié des années 1800. Ce phénomène tient à l'isolement et aux conditions matérielles très précaires qui sont le lot des Acadiens d'après la Déportation. De plus, l'attachement très fort à des notions traditionnelles de pudeur et de modestie bannit l'emploi de pinces ou de tout ajustement dans la coupe du vêtement. Celui ou celle qui ose se distinguer des siens par son costume risque la sanction populaire et religieuse. On tente plutôt de tirer le maximum d'une pièce d'étoffe ou de lin, en déployant une grande ingéniosité pour donner plus d'usage à un « morceau de butin ». Partant du fait que rien n'est jeté, mais que tout est transformé, on comprend pourquoi il est si difficile de retrouver d'authentiques pièces du costume acadien d'avant 1900.
Cliquez pour plus de détailsLa brayerie et la transformation du lin
Le lin est une culture particulière. Plusieurs opérations entrent en ligne de compte pour en tirer des fibres aptes à la confection de tissus. Le brayage, l'écochage, le peignage, sans oublier au début le rouissage, sont toutes des étapes importantes lorsqu'on parle de lin.
Cliquez pour plus de détailsL'écarderie et la transformation de la laine
Corvée très populaire en Acadie, la préparation de la laine est un événement annuel pour tout village acadien au 19e siècle.
Cliquez pour plus de détailsLa foulerie
Bien connue au 19e siècle, la foulerie est une corvée de foulage de tissu qui se tient ordinairement durant les longues soirées de l'automne et de l'hiver.
Cliquez pour plus de détailsLes couvertures
Parmi les vestiges de la tradition populaire en Acadie des années 1800, les couvertes sont les témoins les plus explicites de toute une manière d'être et de vivre basée sur l'économie de moyens.
Cliquez pour plus de détailsVêtements féminins
La coupe des vêtements féminins reste toujours simple, basée sur le carré ou sur le rectangle. Ainsi, mouchoir de cou, mouchoir de tête, capine, jupe, jupon, mantelet et tablier sont tous réalisés à partir de ces formes géométriques.
Cliquez pour plus de détailsCostume masculin
En ce qui à trait au costume masculin, il se compose d'une culotte à clapet boutonnée sur les deux côtés, faite d'étoffe tout laine croisée et foulée, de couleur sombre ; elle est portée avec une chemise de toile de lin ou d'étoffe brossée (flanelle).


Editeur : Fondation ConceptArt multimédia

Source : Village historique acadien