Le Grand Dérangement - Drame du peuple acadien

« Retour | Archives
Durée : 1:32
Télécharger Durée : 1:32 Audio 

Carrousel
Volume 11 Numéro 4
La famille Poirier arrive en Pennsylvanie.
Source : © Maison de cire de l'Acadie
La famille Poirier arrive en Pennsylvanie.
Source : © Maison de cire de l'Acadie

Dispersion des Acadiens

Narration : Maurice Basque

Des milliers d'Acadiens seront déportés dans ce qui constitue aujourd'hui les États-Unis d'Amérique. Plus de sept mille (7 000) vont être déportés en Nouvelle-Angleterre. C'est le Massachusetts qui en accueille le plus, environ deux mille (2 000). Les colonies anglaises du centre et du sud vont également en accueillir plusieurs; ainsi la Pennsylvanie en reçoit un peu plus de quatre cent cinquante (450) en 1755. Nous voyons ici la famille Poirier qui arrive en Pennsylvanie. Le père, Jean-Baptiste, est accompagné de son épouse Marie Forest et de leur jeune fille Marie-Madeleine âgée d'à peine quatre ans. Un soldat britannique les surveille. Les familles acadiennes seront dans l'ensemble assez mal reçues dans les colonies anglaises de la côte Atlantique, il ne faut pas oublier qu'ils étaient des catholiques francophones perdus au milieu d'un océan anglo-protestant. En plus, la guerre de Sept Ans allait tout juste débuter et faire rage entre France et Angleterre. Plusieurs ont donc décidé de s'établir en Louisiane qu'on baptisera comme étant l'Acadie du Sud, ou encore se rendre dans le territoire qui est aujourd'hui le Québec qui était encore Français et qui portait le nom de Nouvelle-France. Pour sa part, la famille de Jean-Baptiste Poirier va choisir la Nouvelle-France. Jean-Baptiste Poirier est décédé à St-Grégoire de Nicolet en 1823. La famille Poirier était originaire de l'ancien village acadien de Beaubassin.
Cliquez pour plus de détailsDestinations de la déportation acadienne
En 1755, on dénombre environ douze mille Acadiens dans le territoire aujourd'hui connu comme les provinces maritimes. De ce nombre, quelques milliers réussissent à fuir vers le Québec ou à se cacher dans la forêt.
Cliquez pour plus de détailsAprès 1755 : Le cauchemar continue
En 1756, l'armée britannique captura un groupe d'Acadiens qui s'étaient réfugiés au Cap Sable. Certains furent exilés à Boston, d'autres en France.


Source : © Maison de cire de l'Acadie