« Retour | Archives Carrousel
Volume 10 Numéro 1
Louis-Joseph de Montcalm
Source : Bibliothèque et Archives Canada
Louis-Joseph de Montcalm
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Louis-Joseph de Montcalm

Âgé de 47 ans, le marquis Louis-Joseph de Montcalm est seigneur de Saint-Véran, de Candiac, de Tournemine, de Vestric, de Saint-Julien et d'Arpaon et baron de Gabriac. Bref, un parfait aristocrate français. Montcalm ne s'entend pas du tout avec le gouverneur Vaudreuil qu'il trouve « trop Canadien » à son goût. Dès son arrivée à Québec, Montcalm commence à comploter dans le dos du gouverneur dont il convoite le poste, tout en rêvant à un retour rapide en France. Dans ses premiers rapports, il accuse Vaudreuil de ne s'intéresser qu'aux coloniaux. De plus, les deux hommes sont complètement incapables de s'entendre sur une stratégie à suivre pour défendre la ville. L'aide de camp de Montcalm, Louis-Antoine de Bougainville, considère toutefois son supérieur comme un vrai héros. Mais Montcalm demeure un homme défaitiste comme le prouve ce message qu'il écrit au chevalier de Lévis : « La colonie est perdue si la paix n'arrive pas; je ne vois rien qui puisse la sauver. » Montcalm avait d'ailleurs mis sur pied un plan de retraite des forces françaises vers la Louisiane, abandonnant ainsi les Canadiens à leur sort. Le plan ne fut pas accepté par Versailles. Le sort du Canada lui importe beaucoup moins que sa propre réputation et sa carrière, attitude que lui reprochent les habitants et miliciens canadiens, pour qui ce pays est devenu la patrie.


Source : © Tous droits réservés, Patrick Couture / Fondation ConceptArt multimédia