« Retour | Archives Carrousel
Volume 10 Numéro 1
La dispersion des Acadiens
Créateur : Henri Beau, 1900
Source : Collection permanente, Musée acadien de l'Université de Moncton.
La dispersion des Acadiens
Créateur : Henri Beau, 1900
Source : Collection permanente, Musée acadien de l'Université de Moncton.

Déportation des Acadiens, 1755

Après la chute du fort Beauséjour au printemps de 1755, les autorités britanniques d'Halifax mettent officiellement en branle leur projet de déportation de la population francophone d'Acadie. Les autorités interdirent d'abord aux habitants l'usage d'armes et d'embarcations. C'est au mois d'août 1755 que la déportation débute dans l'isthme de Chignecto. Les Acadiens des autres villages, sous contrôle anglais, vont vite connaître le même sort. Le vendredi 5 septembre 1755, le lieutenant-colonel John Winslow réunit les 418 Acadiens de la région dans la petite église de Grand-Pré pour leur lire l'édit de la déportation. Tous les Acadiens n'ont cependant pas été déportés, plusieurs d'entre eux vont réussir à fuir dans les bois pour se rendre jusqu'au Québec ou encore dans d'autres possessions françaises, mais pour ceux et celles qui seront capturés par les soldats britanniques, ils seront faits prisonniers, forcés de monter dans des navires et expulsés vers les colonies anglaises de la côte Atlantique ou même en Europe. En tout, durant les années de la déportation, soit entre 1755 et 1763, entre huit mille et dix mille Acadiens vont connaître les drames du grand Dérangement. Sept mille Acadiens sont arrachés à leurs terres pour être déportés en majorité vers les treize colonies anglaises, la France ou encore l'Angleterre.


Source : © Tous droits réservés, Fondation ConceptArt multimédia