Sur la piste d'Étienne Brûlé - Aventures au Pays d'en haut (Ontario)

« Retour | Archives Carrousel
Volume 5 Numéro 2
Source : © L'écho d'un peuple Inc.
Source : © L'écho d'un peuple Inc.

Les chefs du Nouveau Monde

« Gens du pays... » Étienne Brûlé arrive au pays à bord du Don de Dieu en 1608. Il est aussitôt fasciné par les gens qui l'habitent depuis des millénaires. Étienne est accueilli par les Innus (les Montagnais) à Tadoussac avec tout l'équipage de Champlain, et il n'a que 15 ans. Il découvre un univers totalement différent de celui qu'il a laissé en France... C'est un Nouveau Monde rempli d'immenses forêts, d'animaux exotiques, de gens accueillants et surtout de liberté. Ce jour-là sera le premier jour de sa nouvelle vie ! Pendant deux années, grâce à Samuel de Champlain, Étienne découvre des chefs intrigants... Anadabijou, l'Innu accueillant C'est à Tadoussac qu'Étienne fait la rencontre d'Anadabijou, le chef des Montagnais. Lorsque le Don de Dieu jette l'ancre à l'embouchure du Saguenay, Anadabijou envoie plusieurs grands canots à la rencontre des hommes arrivés sur une « île flottante ». Champlain était déjà venu à Tadoussac en 1603, avec son fidèle compagnon François Pontgravé. Il avait été accueilli à bras ouverts par ce « grand sagamo (chef) des Sauvages de Canada ». Tessouat, le puissant Borgne de l'Île Tessouat est le chef de la tribu des Kichesippirinis. Ce grand chef domine toute la rivière des Algonquins (des Outaouais) à partir de l'Île-aux-Allumettes (près de Pembroke). Tessouat a un grand pouvoir sur tout le commerce des fourrures et sur le droit de voyager sur l'Outaouais. Il agit comme un véritable douanier. En 1603, Champlain avait fait la rencontre de ce chef « Bessouat » qui était à Tadoussac pour célébrer une victoire contre les Iroquois. Ce « bon vieux capitaine » est l'un des plus célèbres chefs des Algonquins. Iroquet, chef de la Petite Nation et allié fidèle C'est à Québec, en 1609, qu'Étienne et Champlain rencontrent pour la première fois ce chef algonquin qui vivait sur la rivière Nation dans l'Est ontarien. Sa tribu était surnommée les Onontchataronons, la Petite Nation d'Iroquet ou encore les Iroquets. Iroquet jouera un rôle majeur dans les relations franco-amérindiennes. Iroquet convaincra Champlain d'aller faire la guerre pour la première fois au Nouveau Monde. Puis sa tribu accueillera et guidera tous les premiers Français en Ontario. Selon un chef descendant, la bande d'Iroquet était « une des tribus les plus florissantes qui aient jamais habité ce pays ». Il faut dire qu'auparavant, lors de la fondation de l'Acadie à partir de 1604, Samuel de Champlain connut entre autres un chef autochtone bien fidèle : Membertou, baptisé Henri, le vieux sagamo des Micmacs Membertou commandait une petite bande d'une centaine de Micmacs qui pêchaient sur les bords de la baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse. Lorsque Du Gua de Monts vint s'installer à Port-Royal en 1605, Membertou « se trouva subitement en vedette ». Non seulement ce chef aurait-il eu plus de 100 ans selon Lescarbot, mais il était « de riche taille (et) barbu comme un francoys ». Il devint le premier Autochtone baptisé solennellement en Nouvelle-France. Champlain remarqua que sa grande fidélité à ses alliés européens et sa touchante amitié envers Poutrincourt, commandant de la colonie de Port-Royal, lui valurent le « renom d'estre le plus meschant et traistre qui fut entre ceux de sa nation ».
Cliquez pour plus de détailsQuiz : Rencontre du Nouveau Monde !
Quiz : Questions à choix multiple qui contribuent à la compréhension et à la réflexion.
Cliquez pour plus de détailsSavais-tu que...
Découverte d'anecdotes et des faits inusités.