Ode à la Nouvelle-France - Les bâtisseurs

« Retour | Archives Carrousel
Volume 8 Numéro 4
Les Filles du roi
© Eleanor Fortescue Brickdale / Bibliothèque et Archives Canada / C-020126
Les Filles du roi
© Eleanor Fortescue Brickdale / Bibliothèque et Archives Canada / C-020126

Les filles du Roy

Anne-Sophie Ducellier

De 1663 à 1673, près de 900 jeunes filles, communément appelées « filles du Roy » ont émigré de France jusqu'au Canada. L'objectif était de peupler la colonie, affectées par le climat et les combats avec les autochtones. En effet, dans les colonies de la Nouvelle-France peuplées de soldats et de coureurs des bois, une forte disproportion entre les deux sexes amène le roi Louis XIV et les institutions religieuses à faire venir en grand nombre des jeunes filles en âge de se marier. C'est à la demande de Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France, que cette pratique s'intensifie. Souvent orphelines et pauvres, la plupart sont pensionnaires à la Salpêtrière, dépendance de l'Hôpital général de Paris. Les soeurs leur offraient un solide enseignement religieux et leur apprenaient à tricoter, coudre, broder, etc. D'une moyenne d'âge de 24 ans, les jeunes filles retenues pour partir Nouvelle-France étaient sélectionnées par les religieuses en fonction de leur bonne santé, de leur robustesse et de leur capacité à résister aux longues épreuves de la traversée et de la vie dans les colonies. Plus tard, d'autres jeunes filles sont recrutées dans les campagnes, principalement en Normandie, en Bretagne et en Île de France. Les citadines doivent en effet céder la place à de fortes campagnardes bien portantes, plus résistantes et aptes aux travaux pénibles. Le processus de sélection semble avoir été très sévère et il est fort peu probable, comme le veut la rumeur, que des prostituées se soient glissées dans le lot. Les autorités recherchaient surtout des femmes résistantes et fécondes, ce qui n'était pas le cas des filles de joie, affectées de nombreuses maladies vénériennes qui rendent infertiles. Le nom de « filles du Roy » leur vient de la protection que leur accordait Louis XIV, qui, à partir de 1663, défrayait le coût de la traversée et leur fournissait une dot de 50 à 100 livres pour leur établissement dans la colonie. En outre, les filles du roi avaient un petit coffre, appelé cassette, destiné à ranger des bijoux ou de l'argent et quelques vêtements dont une coiffe, un bonnet, une paire de bas, des gants, un mouchoir et des accessoires pour la couture. Accompagnées de ce précieux pécule, ces jeunes filles étaient hébergées par des religieuses à leur arrivée à Québec. Très rapidement, les jeunes filles rencontraient des soldates et les mariages se célébraient en grand nombre. Les filles du roi se sont avérées particulièrement fécondes puisque de 3 200 habitants en 1663, la colonie passe à 6 700 habitants en 1672. La totalité des 800 filles du roi ont trouvé mari et lui ont donné une descendance. C'est donc mission accomplie pour ces jeunes pionnières courageuses.
Liste alphabétique des Filles du Roy
De 1663 à 1673, près de 900 jeunes filles, communément appelées « filles du Roy » ont émigré de France jusqu'au Canada.


Source : © Tous droits réservés Fondation ConceptArt multimédia 2006