« Retour | Archives Carrousel
Sommaire
Volume 14
Un grand nombre de Canadiens français deviennent des bûcherons.
Source : © L'écho d'un peuple Inc.
Un grand nombre de Canadiens français deviennent des bûcherons.
Source : © L'écho d'un peuple Inc.
Laissez passer les raftsmen! - Joe Montferrand

Développement de l'industrie forestière dans l'Outaouais

En 1809, l'Angleterre est encore en guerre contre la France. L'empereur Napoléon empêche les bateaux anglais d'approcher le continent. L'Angleterre est prise, puisque c'est une île, et elle manque de bois. Donc, elle doit envoyer ses bateaux chercher du bois dans sa colonie au Canada. C'est pour cela qu'on commencera à défricher et à bâtir des villages francophones dans toute la région de la rivière des Outaouais (l'Est de l'Ontario et l'Ouest du Québec) pendant presque cent ans ! Entre 1815 et 1859, les deux Canadas et les colonies maritimes accueillent de grandes vagues d'immigrants qui proviennent de la Grande-Bretagne, surtout d'Irlande. Une grande partie de ces immigrants s'installent dans le Haut-Canada (l'Ontario). C'est ainsi que sont nées les villes de Bytown (aujourd'hui Ottawa), de Wrightville (aujourd'hui Hull-Gatineau) et de Hawkesbury. C'est à Hawkesbury qu'on retrouvait le plus gros moulin à scie au monde ! Un très grand nombre de Canadiens français et d'Irlandais étaient aussi venus dans l'Outaouais pour creuser le canal Rideau à Bytown. Une fois le canal terminé, ils sont devenus draveurs. Certains Irlandais protestants deviennent les rivaux des Canadiens (français) catholiques. C'est alors le début des chicanes de chantiers et de batailles entre les Canadiens français catholiques et les Irlandais protestants surnommés les « shiners » ! C'est toujours l'élite britannique qui mène le bal et les Canadiens et les Irlandais sont traités tous les deux en peuples inférieurs.
Cliquez pour plus de détailsLa drave dans l'Outaouais
Vers 1830, l'Outaouais est le plus grand chantier de bois au monde et Hawkesbury Mills la plus grande scierie !