« Retour | Archives | La une | Récits
Volume 1 Numéro 3
Le chef Pontiac est un personnage historique important dans l'histoire de l'Amérique du Nord.
Le chef Pontiac est un personnage historique important dans l'histoire de l'Amérique du Nord.
Les Premières Nations

Pontiac

Pontiac, également appelé Pondiak ou Pondiag par les Français et Obwandiyag par les Outaouais, est un personnage historique important dans l'histoire de l'Amérique du Nord. À cette époque où la Nouvelle-France, conquise, déchue et abandonnée, semble perdue à jamais, un seul homme paraît encore prêt à se battre pour elle. Cet homme, c'est le célèbre chef Pontiac. Après plusieurs attaques contre les Anglais, auxquelles plusieurs nations amérindiennes participent, les espoirs de Pontiac sont anéantis lorsque les troupes anglaises arrivent à Détroit : elles ont en leur possession le texte du traité de Paris par lequel la France renonce à ses possessions en Nouvelle-France. Les Potowatomis et les Hurons rompent alors avec Pontiac et brisent l'alliance. Le 25 juillet 1763, Jacques Godfroy revient du fort Chartres en Louisiane avec une mauvaise nouvelle : la France n'enverra aucun renfort pour venir en aide à Pontiac. Très vite, le mouvement de révolte se dissipe et Pontiac n'a pas d'autre choix que de signer la paix en présence des Outaouais, des Ojibwas, des Hurons et des Potawatomis. Lors des conférences de paix, Pontiac parle au nom de toutes les tribus, ce qui nourrit la jalousie et l'envie de plusieurs autres chefs, qui décident alors de se débarrasser de cet adversaire politique charismatique. De plus, certains de ses anciens camarades qui désirent continuer à s'opposer à l'Angleterre voient dès lors en lui un traître. Son village décide même de le bannir ! Le chef, jadis si populaire, s'est attiré de puissants ennemis. Le 20 avril 1769, alors que le célèbre Outaouais quitte Cahokia, il est assassiné par le neveu du chef Matakachinga des Peorias. Immédiatement après, pour prouver que les Anglais n'ont pas été impliqués dans le complot, le commandant John Wilkins du fort Cavendish ordonne à un commerçant local de veiller à l'enterrement de la victime. La légende dit que le marchand aurait laissé les Français transporter le corps de Pontiac de l'autre côté du Mississippi pour l'enterrer avec tous les honneurs à Saint-Louis (Missouri). L'endroit exact demeure inconnu. Malgré l'échec de sa rébellion, Pontiac reste un des personnages nord-américains les plus importants de son époque. Son charisme, son intelligence et ses talents d'orateur sont légendaires. (probablement né entre 1712 et 1725, assasiné le 20 avril 1769)


« Retour