Chronologie

1763-1791 SOUS LE RÉGIME BRITANNIQUE

10 février 1763 Signature du Traité de Paris et fin de la Guerre de Sept Ans. La France choisit de conserver le sucre de la Guadeloupe, mais cède toutes ses possessions en Amérique du Nord française à l'Angleterre, à l'exception des îles de Saint-Pierre et Miquelon.

1764 Le retour des Acadiens s'amorce. Les Acadiens doivent ainsi prêter serment d'allégeance à la Couronne anglaise et accepter d'être dispersés en petits groupes.

22 mars 1765 Afin de payer la défense des colonies, Londres vote Le Stamp Act qui prévoit une taxe sur journaux, documents officiels, polices d'assurances, almanachs, cartes à jouer, jeux de dés, etc.,.

1766 Les commerçants anglais et américains prennent le contrôle de toute l'activité économique.

1769 Prince Edward Island (Île Royale) se sépare de Nova Scotia et devient une nouvelle colonie britannique. Les propriétés des Acadiens vivant sur l'île leur sont confisquées et les propriétaires (et fondateurs) deviennent simples locataires. Plusieurs décideront de quitter l'île suite à cette injustice.

4 août 1769 L'Île-du-Prince-Édouard, autrefois faisant partie de la Nouvelle-Écosse, se sépare et devient une colonie britannique.

1773 Les colons écossais atteignent Pictou en Nouvelle-Écosse, à bord du «  Hector  ». L'Évêque de Québec confit l'immense territoire acadien comprenant la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et la Gaspésie à l'abbé Joseph-Mathurin Bourg qui est le premier prêtre acadien né en Acadie.

1775-1783 La Révolution américaine remporte l'indépendance envers la Grande-Bretagne pour les Treize colonies. Les gens du Québec, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard décident de ne pas joindre la révolution.

10 décembre 1775 1200 personnes meurent lorsque deux bateaux transportant des Acadiens déportés coulent dans l'océan Atlantique.

1783 Immigration de 40 000 loyalistes venus des Treizes colonies. Ils s'installent au Québec, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. 3 000 noirs loyalistes s'installent près de Shelburne en Nouvelle-Écosse. L'Angleterre est forcée de signer la paix avec la France et l'Espagne et reconnaît l'indépendance des États-Unis.

18 juin 1784 Fondation de la province du Nouveau-Brunswick. Le Roi George III divise la Nouvelle-Écosse pour créer la province du Nouveau-Brunswick qui devient une colonie britannique.

16 août 1784 La province de Nova Scotia est divisée en deux, l'ouest est rebaptisé New Brunswick.

26 août 1784 Le Cap Breton se sépare de la Nouvelle-Écosse.

10 septembre 1784 Le sceau de la province du Nouveau-Brunswick est approuvé par le Conseil Privé.

6 janvier 1786 Saint-Jean. Première session de la législature du Nouveau-Brunswick.

28 octobre 1788 Naissance de Simon d'Entremont, homme politique, à Pubnico-Ouest (N.-É.). Il est le premier Acadien élu à la l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse. Il est décédé le 6 septembre 1886.

1791 à 1840 ACTE CONSTITUTIONNEL

1793 Naissance de Anselme-François Comeau homme politique à Comeauville (N.-É.).

2 février 1799 L'Île de St Johns obtient la permission de changer de nom pour celui de l'Île-du-Prince-Édouard.

15 juin 1809 Naissance de François-Xavier Garneau, poète et historien.

18 juin 1812 Les États-Unis déclarent la guerre à la Grande-Bretagne. Durant les guerres de Napoléon, les Anglais saisissent les bateaux américains qui font le commerce avec la France. Au cours de la même année, les Américains quittent Détroit et attaquent le Haut-Canada.

1820 Population blanche du Bas-Canada: 420 000 Population blanche du Haut-Canada: 125 000 Population blanche des Maritimes: 200 000 Population blanche des États-Unis: 9 637 000

21 février 1824 Saint-Jean - Nouveau-Brunswick. Un jeune homme de 18 ans est pendu pour avoir volé 25 cents.

1830 La législature provinciale vote une somme d'argent pour les écoles acadiennes.

1830-1852 Les programmes des écoles acadiennes sont exclusivement français.

23 avril 1830 Île-du-Prince-Édouard. Les catholiques obtiennent le droit de vote grâce à la loi sur l'émancipation catholique.

30 novembre 1831 St-Andrews, Île-du-Prince-Édouard. Ouverture du premier collège catholique dans les provinces maritimes, le collège St. Andrews.

1832-1834 Le gouvernement anglais encourage l'immigration massive, dans l'espoir de mettre les francophones en minorité. Ces immigrants, essentiellement des Irlandais fuyant la misère, sont à la recherche d'un avenir meilleur.

1834 L'esclavage est aboli dans toutes les colonies britanniques.

1839 Le rapport Durham

1840-1900 Arrivée massive d'Irlandais catholiques et anti-anglais (surtout poussés par la famine); ils s'allient rapidement aux francophones, mais contribuent néanmoins à angliciser le pays.

18 septembre 1841 Un recensement à l'Île-du-Prince-Édouard dénombre une population de 50 000 habitants.

14 février 1844 Naissance à Pokemouche (Nouveau-Brunswick) de Valentin Landry, instituteur et journaliste.

1847 Publication du Poème «  Evangeline  » par Henry Wadsworth Longfellow, un Américain originaire du Maine.

1848 Après 64 ans d'attente, élection du premier député acadien à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, en la personne d'Amand Landry.

1 janvier 1849 Ouverture du télégraphe électrique au Nouveau-Brunswick.

1852 Un projet de loi accorde un salaire plus élevé aux professeurs des écoles acadiennes qui enseignent l'anglais.

15 février 1852 Naissance à Shédiac (Nouveau-Brunswick) de Pascal Poirier, avocat, écrivain et homme politique.

1854 Fondation du premier établissement d'enseignement supérieur acadien; le séminaire Saint-Thomas de Memramcook.

17 septembre 1860 Naissance de l'homme d'affaires et politicien Ambroise Comeau, à Meteghan River (N.-É.).

1861 Tous les professeurs de l'Î-P-É sont mis sur un pied d'égalité; mêmes qualifications, mêmes cours à l'école normale, mêmes salaires. À partir de cette date, les cours dans les écoles acadiennes deviennent de plus en plus anglais.

1863 Une coalition est formée entre les deux partis du Canada-Ouest et les Bleus de Cartier. Cette alliance mit le Canada sur la voie de la fédération.

1864 Tenue de la Conférence de la Confédération à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, du 1 au 9 septembre, et à Québec du 10 au 29 octobre. Les délégués établissent les conditions visant l'union des colonies nord-américaines britanniques.

1864 Fondation du Collège St-Joseph à Memramcook (N.-B.), ancêtre de l'Université de Moncton.

22 juin 1864 John A. Macdonald s'engage formellement à introduire au Canada un Parlement ayant pour base le principe fédératif.

1 septembre 1864 Jour des Pères de la Confédération. Anniversaire de la première rencontre de Charlottetown.

2 septembre 1864 John A. Macdonald et George-Étienne Cartier se prononcent en faveur d'une grande confédération de toutes les colonies.

10 au 29 octobre 1864 Tenue de la Conférence de Québec où l'on élabore un plan en 72 propositions qui constitue en quelque sorte un brouillon de l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique.

4 novembre 1864 Des francophones du Bas-Canada font campagne contre la confédération. Les défenseurs de la confédération au Bas-Canada sont Georges-Étienne Cartier et ses partisans, une bourgeoisie marchande et le clergé.

10 mars 1865 Adoption du projet de confédération par 91 voix contre 33. Le Premier ministre Étienne-Pascal Taché, qui détient la majorité à l'Assemblée du Canada-Uni, s'assure de son adoption.

21 mars 1865 L'Île-du-Prince-Édouard vote contre la Confédération.

7 mai 1865 Le Nouveau-Brunswick rejette le projet de Confédération.

30 juin 1866 Le Nouveau-Brunswick vote pour la Confédération.

1867-1931 L'ACTE DE L'AMÉRIQUE DU NORD BRITANNIQUE

1867 Le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse deviennent des provinces fondatrices de la nouvelle fédération canadienne, avec le Québec et l'Ontario. L'Île-du-Prince-Édouard refuse de signer.

1867 Entrée en vigueur de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.

28 mars 1867 La reine Victoria donne la sanction royale et décrète que l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique prendra force de loi dès le 1er juillet 1867.

21 juin 1867 Ville de Québec. Le gouverneur général Monck déclare que la Confédération canadienne deviendra effective le 1er juillet.

1 juillet 1867 Mise en vigueur de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique (AANB) créant la Confédération canadienne.

8 juillet 1867 Shédiac, Nouveau-Brunswick. Première publication du journal « Le Moniteur Acadien », le premier journal français dans les Maritimes.

1868 Six religieuses se mettaient en route pour se rendre à Tracadie (N.-B.) afin de s'occuper des lépreux.

7 avril 1869 Dernière pendaison publique à l'Île-du-Prince-Édouard.

1871 Loi sur les écoles non-confessionnelles au Nouveau-Brunswick. Avec le «  Common School Act  », le gouvernement du Nouveau-Brunswick abolit son soutien financier aux écoles séparées de langue française et catholiques, auxquelles avaient droit les Acadiens. Tous les enfants devront aller à l'école anglaise.

1871 Début d'une crise scolaire au Nouveau-Brunswick ayant pour enjeu la sauvegarde de l'enseignement français et religieux dans les écoles acadiennes et qui connaît son paroxysme par le décès du jeune Louis Mailloux et d'un jeune milicien écossais, lors d'une escarmouche à Caraquet en 1875.

1872 George King, le procureur général à l'origine du «  Common School Act  », se présente aux élections provinciales. Tout au long de sa campagne, il exploite le ressentiment à l'égard des Acadiens catholiques.

1873 Le Premier Ministre Sir John A. Macdonald démissionne suite à un scandale du financement de la campagne électorale du Parti conservateur par le « Canadian Pacific Railway Company ».

1 avril 1873 546 personnes perdent la vie lorsque leur bateau, l'« Atlantique », fait naufrage près d'Halifax.

27 mai 1873 L'Île-du-Prince-Édouard vote pour l'union avec le Canada.

1 juillet 1873 L'Île-du-Prince-Édouard (capitale: Charlottetown) devient la septième province canadienne en vertu de l'Imperial Order in Council du 26 juin 1873.

25 août 1873 Plusieurs personnes perdent la vie lorsqu'un ouragan frappe l'île du Cap Breton. Au moins 1200 bateaux de pêche sont détruits, de même que de nombreux quais et édifices.

5 mars 1874 Première session, après la confédération, de la législature de l'Île-du-Prince-Édouard.

1875 L'affaire Louis Mailloux Les Acadiens qui refusent de payer la taxe scolaire en guise de protestation sont harcelés. Un curé est même jeté en prison. La situation se détériore.

1877 Le « Public School Act » abolit l'enseignement du français à l'Île-du-Prince-Édouard (l'ancienne Île Saint-Jean). Une nouvelle loi scolaire à l'Île-du-Prince-Édouard établit un système d'écoles publiques neutres éliminant tous les droits accordés aux écoles acadiennes.

23 octobre 1879 Charlottetown. Ouverture du premier hôpital de l'Île-du-Prince-Édouard.

1880 La société Saint-Jean-Baptiste de Québec invite les Acadiens à leur congrès annuel. Plusieurs se rendent à Québec pour l'événement et décident à leur retour d'organiser leur propre convention acadienne l'année suivante.

25 février 1880 Un incendie détruit la législature du Nouveau-Brunswick.

1881 Première Convention nationale des Acadiens à Memramcook (Nouveau-Brunswick). Le 15 août, jour de l'Assomption, est alors désigné Fête nationale des Acadiens. Fondation de la Société nationale des Acadiens.

16 août 1881 Naissance de Louis d'Entremont enseignant à Pubnico (N.-É.). Il devient le premier inspecteur d'écoles de langue française en Nouvelle-Écosse (1908-1948).

1884 Deuxième Convention Nationale des Acadiens, tenue à Miscouche à l'Île-du-Prince-Edouard. Le drapeau acadien et hymne national y sont adoptés. Ils adoptent le tricolore français afin de souligner leurs origines et y ajoutent l'étoile acadienne dans le coin supérieur gauche (le bleu symbolise pour eux leur protectrice, la vierge Marie). L'étoile est jaune (la couleur papale) et symbolise l'attachement des Acadiens à l'Église catholique. L'hymne fait également mention de cette étoile qui guide le peuple acadien dans ses épreuves douloureuses. Deuxième convention acadienne(congrès) à l'Île-du-Prince-Édouard – on adopte le drapeau acadien et l'hymne national acadien : Ave Maris Stella.

1887 Fondation du journal l'Évangéline.

23 novembre 1887 Parution du premier numéro du journal «  L'Évangéline  ».

1891 Le bureau de l'Éducation autorise l'introduction d'une série de livres de lecture entièrement en français pour les écoles acadiennes.

1892 Le gouvernement provincial (Î-P-É) nomme un inspecteur acadien, Joseph-Octave Arsenault, pour surveiller l'enseignement du français dans les écoles acadiennes.

1893 Fondation à Tignish de « L'impartial » le premier journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard.

1899 Les eudistes s'installent à Caraquet où ils ouvrent en 1899 un autre collège classique, le Collège Sacré-Coeur.

1901 Construction d'un Pont qui enjambe le Fleuve St-Jean à Hartland et qui deviendra le plus long Pont couvert en 1921.

1903 Fondation de la Société mutuelle de l'Assomption.

4 juillet 1903 Naissance de Marguerite Michaud, à Bouctouche (Nouveau-Brunswick), écrivain et professeur.

18 août 1906 Naissance au Nouveau-Brunswick d'Arthur LeBlanc, violoniste.

26 mars 1908 L'Île-du-Prince-Édouard banni toutes les automobiles sur son territoire. Plus tard, elle permettra l'utilisation des automobiles quelques jours par semaine.

15 janvier 1910 Naissance de Clément Cormier, prêtre et professeur à Moncton (N.-B.). Premier recteur de l'Université de Moncton (1963), il s'occupe activement de la promotion du fait français en Acadie. Il est décédé le 29 juillet 1987.

1911 Premier congrès pédagogique francophone au Nouveau-Brunswick

3 janvier 1911 À Chéticamp (N.-É.), naissance d’Anselme Chiasson, prêtre et folkloriste. Il est décédé le 25 avril 2004.

1912 La nomination du premier évêque acadien des provinces de l'Atlantique. Mgr Alfred Édouard LeBlanc, originaire de la Baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse Mgr Édouard LeBlanc devient le premier évêque acadien.

19 avril 1912 Décès de « Jérome », un homme qui fut trouvé sur la plage de la Nouvelle-Écosse avec les deux jambes amputées. Il refusait de parler ou d'écrire et est mort sans avoir été identifié à l'âge d'environ 58 ans.

1913 Fondation du journal «  Le Madawaska  ».

1914-1918 PREMIÈRE GUERRE MONDIALE Première Guerre mondiale où plusieurs acadiens seront tués.

1914 La première guerre mondiale éclate. Les Canadiens-Anglais réclament la conscription, mais le Québec la rejette.

1915 L'Impartial cesse ses publications et ferme ses portes. Incendie au Collège Sacré-Coeur de Caraquet en décembre 1915, l'établissement déménage à Bathurst en 1916.

5 novembre 1917 Ottawa. En raison de la guerre, le gouvernement interdit l'utilisation de céréales dans la fabrication de l'alcool.

1918 L'heure avancée fut décrétée par le gouvernement fédéral en 1918 pendant la Première Guerre mondiale. Grâce à la mobilisation des suffragettes, le gouvernement fédéral accorde le droit de vote aux femmes. Les femmes obtiennent le droit de vote aux élections provinciales en Nouvelle-Écosse.

1919 Joseph-Henri Blanchard fonde la Société Saint-Thomas d'Aquin à l'Île-du-Prince-Édouard.

17 avril 1919 Les femmes du Nouveau-Brunswick obtiennent le droit de vote.

30 août 1919 Après avoir interdit les voitures pendant plusieurs années, l'Île-du-Prince-Édouard met fin à cette restriction.

21 octobre 1920 Naissance du père Léger Comeau, à Lower Saulnierville (Nouvelle-Écosse), le 21 octobre 1920. Le père Léger Comeau est décédé subitement à Comeauville le dimanche 22 décembre 1996, à l’âge de 76 ans.

17 au 18 août 1921 Convention de la Société Nationale l'Assomption, tenue à Pointe-de-l'Église, les 17 et 18 août 1921 en Nouvelle-Écosse.

1922 Nomination du patriote acadien Pascal Poirier au Sénat canadien.

3 mai 1922 Les femmes obtiennent le droit de vote aux élections provinciales à l'Île-du-Prince-Édouard et peuvent être élues à des fonctions officielles.

1 décembre 1922 La conduite automobile du côté droit du chemin débute au Nouveau-Brunswick. En décembre, tous les véhicules à moteur devaient circuler du côté droit au Nouveau-Brunswick, car avant cette date, les automobilistes suivaient le code de la route britannique, les véhicules circulant du côté gauche.

1923 Pierre-Jean Veniot fut le premier Acadien à occuper le poste de Premier ministre du Nouveau-Brunswick. Suite à la démission de W.-E. Foster, ses collègues le choisissaient comme Premier Ministre.

1926 Pierre-Jean Veniot est élu aux élections fédérales pour devenir, en cette même année, le premier Acadien à occuper un Ministère à Ottawa en étant nommé Ministre des postes.

17 janvier 1928 Naissance du cinéaste et écrivain Léonard Forest à Chelsea, Massachusetts. Il réalise les premiers films sur les Acadiens dont «  Les Aboiteaux  » (1955) «  Acadie libre  » (1969) et «  Les Canadiens de la dispersion  » (1967).

27 avril 1928 La conduite du côté droit de la route débute à l'Île-du-Prince-Édouard.

1929 Naissance de Yvon Durelle, boxeur, à Baie-Sainte-Anne (N.-B.).

10 mai 1929 Naissance à Bouctouche (Nouveau-Brunswick) d'Antonine Maillet, romancière et dramaturge.

1930 L'Association des instituteurs acadiens de l'Île-du-Prince-Édouard organise des concours de français.

1931 à 1959 DOMINION DU CANADA

11 décembre 1931 Statut de Westminster

1934 Les femmes obtiennent le droit d'occuper un poste élu au Nouveau-Brunswick.

1935 Un incendie se propage à la Grande-Rivière dans la région de Tracadie-Sheila.

23 juillet 1935 Les libéraux de l'Île-du-Prince-Édouard gagnent les 30 sièges de la législature. Il s'agit du premier Parlement du Commonwealth à être élu sans aucun député de l'opposition.

1936 Fondation de l'Association acadienne d'éducation du Nouveau-Bunswick. Fondation de la première caisse populaire acadienne à Petit-Rocher. Adoption de la monnaie bilingue au Canada.

1937 Commission royale. Agrandissement des unités scolaires.

1939 SECONDE GUERRE MONDIALE Un nombre important d'Acadiens paieront la vie sur les champs de bataille en Europe lors de la Seconde Guerre Mondiale. L'insistance des parents, par leurs pétitions répétées de 1909, 1922, 1926, 1927, 1928 et 1929 oblige le gouvernement de la province à approuver des cours d'été pour les enseignants et enseignantes de langue française.

16 juillet 1939 Naissance du poète et musicien acadien Calixte Duguay à Sainte-Marie-sur-mer sur l'Île Lamèque (N.-B.).

1940 C'est la Seconde Guerre mondiale et le Premier ministre canadien Mackenzie-King, malgré sa promesse, adopte une mesure qui force tous les citoyens à s'enregistrer.

1941 Le gouvernement publie un nouveau programme d'études pour les écoles acadiennes.

1942 Conscription

27 juillet 1942 Naissance d’Édith Butler, auteure-compositeur-interprète à Paquetville (N.-B.).

1 octobre 1943 Naissance de l'auteur-compositeur-interprète Angèle Arsenault, à Village-des-Abrams, Île-du-Prince-Edward.

1944 La station privée, CJEM d'Edmundston, entre en ondes Un assistant francophone au surintendant en chef.

1945 Des nationalistes acadiens comme Livain Chiasson, Martin J. Légère et Clément Cormier fondent la Fédération des caisses populaires acadiennes le 30 juillet 1945 à Caraquet.

1946 Lors de l'assemblée générale annuelle de l'AAE, prenait naissance l'Association des Instituteurs Acadiens.

7 avril 1946 Naissance du poète et cinéaste acadien Herménégilde Chiasson à Saint-Simon (N.-B.).

25 avril 1946 Naissance de Rosemarie Landry, chanteuse soprano acadienne.

1949 Le Collège Notre-Dame d'Acadie ouvre ses portes à Moncton sous la direction de Mère Jeanne de Valois.

1950 Nomination du comité d'étude des manuels acadiens.

3 février 1951 À Edmunston (Nouveau-Brunswick), naissance de Jacques Savoie, écrivain et scénariste, il a été membre du groupe de chansonniers acadiens Beausoleil-Broussard.

1 janvier 1952 Incorporation de la ville de Dieppe

1953 Le mouvement foyer-école est organisé.

20 février 1954 Le poste CBAF d'une puissance de 5 000 watts entre en ondes.

1955 Premier Tintamarre organisé lors des fêtes du bicentenaire de la Déportation. L'archevêque de Moncton et les diverses paroisses acadiennes du Nouveau-Brunswick demandent que les gens sortent des maisons à 18 heures alors que toutes les cloches sonnent à l'unisson. Une législation provinciale autorise le regroupement des écoles pour former une école régionale pour le niveau secondaire. Cette possibilité suscite un vif intérêt chez les leaders acadiens de l'époque. Approbation d'une recommandation par un comité d'enseignants acadiens et d'enseignantes acadiennes pour de nouveaux livres de lecture en français.

2 mars 1956 Naissance à Saulnierville (N.-É.) du cinéaste Phil Comeau.

1 janvier 1958 Incorporation de la cité de Campbellton.

1 janvier 1958 Incorporation de la ville de Shippagan.

1959 Les sœurs Jésus-Marie, de Sillery, fondent le Collège Jésus-Marie, à Shippagan.

20 juin 1959 Escuminac, Nouveau-Brunswick. Trente-cinq pêcheurs perdent la vie et 22 bateaux coulent lors d'une tempête.

21 décembre 1959 La télévision se développe en Acadie avec la station CBAFT de Moncton affiliée au réseau de Radio-Canada.

1960 Une première réunion d'une commission scolaire régionale est tenue en janvier à Abram-Village. La construction et l'ouverture de l'École régionale Évangéline prennent place durant cette même année. Louis Robichaud devient le premier Acadien à être élu Premier ministre du Nouveau-Brunswick.

7 mai 1960 Louis J. Robichaud devient le premier acadien à être élu au poste de Premier Ministre du Nouveau-Brunswick.

1963 Fondation de l'Université de Moncton, l plus grande université francophone canadienne à l'extérieur du Québec. Elle remplace trois collèges acadiens.

24 février 1963 Le Nouveau-Brunswick révèle son drapeau officiel.

1964 Une violente tempête s'abat sur les Maritimes et tue 23 pêcheurs en faisant chavirer des bateaux. Deux sous-ministres, l'un francophone et l'autre anglophone pour le ministère de l'éducation.

24 mars 1964 L'Île-du-Prince-Édouard adopte son drapeau officiel.

1965 Le rapport de la commission royale d'enquête Laurendeau-Dunton recommande de déclarer le français langue officielle aux côtés de l'anglais dans les parlements du Canada, de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick, dans les tribunaux fédéraux et l'administration gouvernementale canadienne.

24 février 1965 Le drapeau du Nouveau-Brunswick est adopté par proclamation.

1966 Incorporation de la cité de Bathurst et de la ville de Tracadie.

1967 Sortie du film « Les Acadiens de la dispersion » du réalisateur acadien Léonard Forest, considéré comme le fondateur et le précurseur du cinéma acadien d'aujourd'hui. Louis J. Robichaud et le fédéral adoptent une entente de principe pour la création du Parc national Kouchibouguac Programme Égalité des chances. La Coopérative du Village des pionniers acadiens est fondée. Elle devient un attrait touristique recherché par les visiteurs et important pour la communauté locale.

23 octobre 1967 Brenda Robertson est la première femme à être élue à l'assemblée législative du Nouveau-Brunswick et la première à être nommée ministre.

1968-69 Manifestations étudiantes à l'Université de Moncton.

1968 Fondation de la Fondation de la Fédération francophone de la Nouvelle-Écosse (FFNE) à Halifax qui regroupe une population établie dans trois régions différentes de la province. La législature provinciale entreprend la consolidation des écoles élémentaires. L'École consolidée Évangéline ouvre ses portes en janvier de cette même année. Demande de la Fédération francophone de la Nouvelle-Écosse (FFNE)., nouvellement créée, que les droits à l'éducation en français soient reconnus. Manifestation étudiante à l'Université de Moncton contre la hausse des frais de scolarité, mais surtout contre l'unilinguisme anglophone de la Ville de Moncton. En découle le film L'Acadie, l'Acadie (Brault-Perrault) qui a marqué l'imaginaire des générations qui ont suivi. L'affaire Kouchibouguac s'amorce alors que le gouvernement provincial procède à la signature de l'entente avec Ottawa, puis à la première phase du projet, soit l'expropriation de 215 familles. Le gouvernement Trudeau reconnaît le français comme seconde langue officielle du pays. Congrès Réalité-Avenir réunissant plus de 200 personnes à Halifax.

1969 Le Nouveau-Brunswick devient la seule province canadienne officiellement bilingue.

1970 M. Hédard Robichaud devient le premier Acadien à accéder au poste de lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick. Fondation de l'Association des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB). Hébard Robichaud devient le premier Acadien à accéder au poste de lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick.

1971-1995 IMPASSE CONSTITUTIONNELLE

1971 Conférence de Victoria Le Colloque des enseignants portant sur l'identité acadienne et le Congrès des jeunes. Publication de la pièce de théâtre d'Antonine Maillet, « La Sagouine  », qui a connu un immense succès. Grâce aux protocoles signés entre les gouvernements fédéral et provincial, les revendications des Acadiens, des Acadiennes et des francophones de la province se matérialisent. Fondation de la première association francophone de la province à Cap Saint-Georges : les Terre-Neuviens français. Les entrepreneurs de la région Évangéline fondent l'Association touristique Évangéline dans le but de coordonner leurs interventions et d'orienter le développement et le marketing touristiques de cette destination touristique acadienne. Tenue du Colloque des enseignants, qui porte sur l'identité acadienne, et du Congrès des jeunes.

1972 Fondation à Bathurst du Parti Acadien. Fondation d'un journal provincial acadien : « Le Petit Courrier »; qui deviendra « Le Courrier de la Nouvelle-Écosse ». Fondation de la première maison d'édition acadienne, « les Éditions d'Acadie ». Elle fermera ses portes en 2000. Naissance du Parti Acadien sur la scène politique provinciale du Nouveau-Brunswick. Le 2 juillet à Moncton la première maison d'édition incorporée acadienne voit le jour sous le nom «  les Éditions d'Acadie  ». Le système scolaire est réorganisé et les Acadiens voient disparaître leurs écoles acadiennes à l'intérieur du système de consolidation des écoles. Fondation à Bathurst du Parti Acadien. L'organisme porte-parole des Acadiens prend un nouveau nom : La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE).

1973 Rapport MacLeod-Pinet. Création de l'association Jeunes Acadiens et Acadiennes en marche (JAM). Fondation de la Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick (SANB). Création de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL).

17 novembre 1973 Fondation de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador.

1974 Caraquet. Fondation de la troupe de théâtre professionnelle «  le Théâtre populaire d'Acadie  ». L'auteure Antonine Maillet se mérite le Grand prix littéraire de Montréal pour son roman «  Mariaagélas  ». Elle obtiendra aussi en 1975 le prix France-Canada pour ce roman. Dualité linguistique au sein du ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick. Réorganisation majeure du Ministère.

23 mai 1974 Le Nouveau-Brunswick devient la première province canadienne à rédiger des lois dans les deux langues, soit l'anglais et le français.

1975 L'hebdomadaire La Voix acadienne voit le jour; un outil d'information et culturel important pour la communauté insulaire et le seul journal de langue française publié à l'Île-du-Prince-Édouard. Fondation du journal « La Voix Acadienne » à Summerside qui deviendra le porte-parole des francophones de l'Île-du-Prince-Édouard. Création de «  La Voix acadienne  », le seul journal de langue française de l'île. Le programme d'immersion française, conçu pour les anglophones, est mis sur pied. L'hebdomadaire « La Voix acadienne » voit le jour. Cet outil d'information, doublé d'un volet culturel, est important pour la communauté insulaire; c'est le seul journal de langue française publié à l'Île-du-Prince-Édouard. Création de la section française au sein du ministère de l'Éducation. Jackie Vautour est expulsé de force de Kouchibouguac et sa maison est rasée par un bulldozer sur ordre de la Cour suprême du Nouveau-Brunswick en 1976.

1977 Première saison d'opération du Village Historique Acadien.

1978 Fondation du Centre scolaire communautaire Sainte-Anne de Frédéricton, premier centre scolaire communautaire francophone canadien en milieu minoritaire. L'Université Sainte-Anne se donne un nouveau statut d'université francophone. La définition du statut de l'école acadienne paraît dans un rapport du Comité aviseur des écoles acadiennes et le gouvernement provincial propose de doter les régions de Halifax et de Yarmouth d'écoles unilingues françaises. Moncton. Fondation du Théâtre l'Escaouette.

1979 La Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick invite près de 1 200 délégués à se rendre à Edmundston, au Madawaska pour la tenue de la Convention d'orientation nationale acadienne. Les premiers Jeux de l'Acadie se déroulent à Moncton au Nouveau-Brunswick dans la région d'Acadie-Beauséjour.

1980 Fondation de la maison d'édition « les Éditions Perce-Neige » par l'Association des écrivains acadiens à Moncton au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement de l'Île adopte le projet de loi en éducation autorisant l'enseignement en français là où le nombre d'élèves de langue maternelle est assez élevé pour justifier l'enseignement en français (25 élèves sur trois niveaux consécutifs). Formation de l'Association des conseillers scolaires francophones du Nouveau-Brunswick (ACSFNB). Un amendement est apporté à la Loi scolaire de l'Île-du-Prince-Édouard qui permet enfin l'établissement officiel de classes scolaires de langue française dans cette province. On fête le 375e anniversaire de l'arrivée des premiers colons en Acadie. Fondation du Conseil jeunesse provincial (CJP) de la Nouvelle-Écosse. Rapport Finn-Elliot.

1981 Nuit des longs couteaux. Fondation de La Fédération des festivals acadiens. Le gouvernement de Richard Hatfield adopte la loi 88 qui reconnaît l'égalité des deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick. Le Nouveau-Brunswick devient la première et la seule province canadienne officiellement bilingue. La même année, on permet enfin aux familles acadiennes de la Nouvelle-Écosse d'envoyer leurs enfants à l'école française. Auparavant, les enfants étaient obligés d'aller à l'école anglaise. Un petit collège religieux de Clare grandit pour devenir l'Université Sainte-Anne, la seule université francophone de la province. On crée l'école acadienne en Nouvelle-Écosse. La Fédération des festivals acadiens voit le jour. La Nouvelle-Écosse est invitée pour la première fois à participer aux Jeux de l'Acadie au Nouveau-Brunswick. Une délégation de jeunes représente la province. Loi sur l'égalité des deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick.

1982 La Journée acadienne de Grand Pré est organisée pour la première fois grâce à l'initiative de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE). L'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés accorde le droit aux parents de langue maternelle française de faire instruire leurs enfants dans cette langue. Durant cette même année, un comité de parents pour une classe française à l'Unité 2 entame une poursuite judiciaire. Un des 22 conseils scolaires de la province, le conseil scolaire Clare-Argyle School Board, est désigné conseil scolaire administré en français pour desservir les communautés acadiennes et anglophones de Clare et d'Argyle. Le fusionnement des commissions scolaires de Clare et d'Argyle mène à la création du seul Conseil scolaire francophone de la province en février. Création du secteur des femmes à la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE). La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) organise sa 1re Journée acadienne de Grand-Pré. Reconnaissance officielle du drapeau acadien par la province du Nouveau-Brunswick.

17 avril 1982 Ottawa. La Reine signe la proclamation royale de la Constitution canadienne. Le Canada a dorénavant une nouvelle Constitution incluant une charte des droits et libertés.

27 août 1982 Moncton, Nouveau-Brunswick. Dernière parution du journal « L'Évangéline » , le seul quotidien de langue française à l'est du Québec.

1983 Le journal l'Évangéline ferme ses portes.

1983 Environ cent femmes des régions acadiennes participent à la première rencontre provinciale des femmes en juin, la Rencontre 83. Le Comité de consultation devient alors le Conseil des Acadiennes.

1984 Création du journal «  Le Gaboteur  » par une équipe de bénévoles et des membres de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL). L'Association des Acadiennes de la Nouvelle-Écosse est formée lors d'une deuxième rencontre provinciale. La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse organise une rencontre de parents acadiens (foyers-écoles) au cours de laquelle la Fédération des parents acadiens de la Nouvelle-Écosse (FPANE) est créée.

1984 Fondation du quotidien l'« Acadie Nouvelle » à Caraquet. Deux journaux se disputent la succession de l'Évangéline : Le Matin de Moncton, un journal subventionné par le gouvernement provincial et l'Acadie Nouvelle de Caraquet, une entreprise privée. Création du journal Le Gaboteur, seul journal de langue française de la province. L'Association des Acadiennes de la Nouvelle-Écosse prend forme lors d'une deuxième rencontre provinciale. La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) organise une rencontre de parents acadiens (foyers-écoles) au cours de laquelle la Fédération des parents acadiens de la Nouvelle-Écosse (FPANE) voit le jour. Ouverture de la première école francophone de la province à La Grand'Terre.

Juin 1984 Radio-Canada annonce la création de la station de radio française à Halifax. La station entre en ondes en septembre 1985.

9 septembre 1984 Le pape Jean Paul II arrive dans la ville de Québec devenant ainsi le premier pape à visiter le Canada. Son itinéraire de 10 jours l'amènera à Trois-Rivières, Montréal, St-John's, Moncton, Halifax et Toronto.

26 octobre 1984 Le Premier ministre du Nouveau-Brunswick, Richard Hatfield, est accusé de possession de 265 grammes de marijuana. Son parti sera essuyé lors des prochaines élections provinciales.

1985 Fondation du magazine acadien « Ven'd'est » au Nouveau-Brunswick qui fermera ses portes dans les années 90. Fondation de la troupe théâtrale « la Compagnie Viola Léger » qui fermera ses portes quelques années plus tard. Réforme scolaire au Nouveau-Brunswick. Lancement de la « Fondation Avenir » en Nouvelle-Écosse, une fondation de bourses d'études pour les jeunes Acadiennes et Acadiens.

Mars 1985 Le gouvernement provincial nomme son premier aviseur aux Affaires acadiennes.

1986 Le Parti Acadien disparaît sans jamais avoir fait élire de député à Fredericton. Ouverture à Moncton du quotidien francophone «  Le Matin  ». En octobre, l'émission Bonjour Atlantique, version Nouvelle-Écosse, est produite pour la première fois à Halifax. Premier lever du drapeau des francophones de Terre-Neuve et du Labrador le 30 mai. Première pelletée de terre pour la construction du Centre scolaire et communautaire Sainte-Anne de La Grand'Terre. Première levée du drapeau des francophones de Terre-Neuve et du Labrador.

Septembre 1986 Ouverture du centre de production de langue française pour Radio-Canada à Halifax.

Octobre 1986 L'émission Bonjour Atlantique, édition Nouvelle-Écosse, est produite pour la première fois à partir de Halifax.

3 juin 1987 Accord du Lac Meech

1987 Mme Aldéa Landry devient la première Acadienne à être élue à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard promulgue une Politique sur les services en français. Un renvoi à la Cour d'appel de l'Île-du-Prince-Édouard est entendu. Le jugement est prononcé en mars 1988. Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard promulgue sa Politique sur les services en français.

Octobre 1987 La Société de presse acadienne, composée de 17 associations provinciales et locales de la province, est créée pour gérer « Le Courrier de la Nouvelle-Écosse ».

13 octobre 1987 Le parti libéral du Nouveau-Brunswick, sous le leadership de Frank McKenna, rafle les 58 sièges de l'assemblée législative vainquant ainsi le gouvernement conservateur de Richard Hatfield.

1988 La Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick (SANB) devient la Société des Acadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick (SAANB). Fermeture du journal «  Le Matin  » de Moncton Fondation du « Collège de l'Acadie » par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse. Une nouvelle loi scolaire est adoptée accordant aux francophones et aux Acadiens de l'Île les mêmes droits que l'article 23 de la Charte. Formation de la Fédération des comités de parents du Nouveau-Brunswick. Afin de reconnaître la participation des femmes dans le développement de l'Acadie, la Société des acadiens du Nouveau-Brunswick (SANB) devient la Société des acadiens et acadiennes du Nouveau-Brunswick (SAANB). Sommet de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (Sommet de la francophonie). Les élèves francophones du district scolaire Kings sont transférés à l'École R.C. Gordon de Greenwood. Création de Franco-Jeunes de Terre-Neuve et du Labrador par la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL). Vingt-cinquième anniversaire de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse.

18 juillet 1988 Mise en ondes de la Radio Péninsule Inc (CKRO) de Caraquet, Shippagan, Tracadie et les environs au Nouveau-Brunswick. Il s'agit de la première radio communautaire francophone hors Québec.

28 septembre 1988 Mise en ondes de la Radio Clare (CIFA) de Clare et les environs en Nouvelle-Écosse.

1989 L'École Cornwallis est créée à Sydney. Création de la Fédération des parents francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FPFTNL) par la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL).

8 octobre 1989 Cormier Village, Nouveau-Brunswick. 12 personnes perdent la vie et 45 autres sont blessées lorsqu'un camion-remorque rempli de billots de bois se renverse sur un chariot à foins transportant des gens qui célébraient une réunion de famille. Dans les jours suivants cette tragédie, quelques-unes des 45 personnes blessées s'éteindront.

1990 Le Premier ministre canadien Brian Mulroney met au point l'accord Lac Meech pour réparer la blessure de 1982. Le règlement de la nouvelle loi est adopté permettant l'ouverture de classes françaises pour 15 élèves sur deux niveaux consécutifs. Institution du système de maternelles publiques. La création de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard permet aujourd'hui aux Acadiennes, Acadiens et francophones insulaires de gérer leurs propres écoles. Tenue de la finale des Jeux de l'Acadie à l'Île-du-Prince-Édouard et participation annuelle d'une délégation de l'Île à la finale des Jeux.

Octobre 1990 Roch Voisine reçoit un disque de diamant pour avoir vendu un million d'exemplaires de son album « Hélène » dans les pays francophones.

1991 Établissement du Carrefour de l'Isle-Saint-Jean, un centre scolaire et communautaire desservant la grande région de Charlottetown et Rustico. Après l'utilisation de l'école de Shannon Park pendant plusieurs années afin d'accueillir des classes d'enfants francophones de la région métropolitaine, on assiste à la création du Conseil d'école du Grand-Havre. Le nouveau Musée acadien, situé à Miscouche, accueille ses premiers visiteurs. Il remplace l'édifice en rondins construit en 1964. Il héberge le Centre de recherches acadiennes de l'Île-du-Prince-Édouard, fondé en 1985. Fondation de la Société éducative de l'Île-du-Prince-Édouard.

2 avril 1991 Mise en ondes de la Radio Coopérative des Montagnes Ltée (CFAI) à Edmundston au Nouveau-Brunswick.

2 avril 1991 Mise en ondes de la Radio des Hauts-Plateaux (CFJU) à St-Quentin/Kedgwick et les environs au Nouveau-Brunswick.

1992 La Société nationale des Acadiens devient la Société nationale de l'Acadie. Rapport sur l'excellence en éducation. Mise en oeuvre de l'école primaire renouvelée. Ouverture du premier Centre scolaire communautaire en Nouvelle-Écosse : Le Carrefour du Grand-Havre à Dartmouth. La Société nationale des Acadiens, fondée en 1881, devient la Société nationale de l'Acadie.

30 mai 1992 Reconnaissance par le gouvernement provincial de la Journée de la francophonie. Depuis, les francophones de Terre-Neuve et du Labrador célèbrent chaque année cet événement dans leur communauté respective.

1993 Enchâssement de la Loi sur l'égalité des deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick dans la Constitution canadienne. Mme Pierrette Ringuette-Maltais devient la première acadienne de l'Atlantique à être élue à la Chambre des communes du Canada. Insertion de la Loi sur l'égalité des deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick dans la Constitution canadienne. Pierrette Ringuette-Maltais devient la première Acadienne de l'Atlantique élue à la Chambre des communes du Canada.

1994 Premier «  Congrès mondial acadien  » dans le Sud-Est du Nouveau-Brunswick, coïncidant alors avec le 390e anniversaire de l'Acadie. Au Congrès mondial acadien, le premier ministre Jean Chrétien annonce l'adoption d'une politique cadre sur la participation des institutions fédérales au développement communautaire prévoyant que les institutions fédérales clés produisent des plans d'action à l'égard de leurs obligations en vertu de la partie VII de la Loi sur les langues officielles. Création du Fonds de l'Avenir de la SAANB. Création du prix Albert-Sormany par la SAANB. La Société éducative de l'Île-du-Prince-Édouard établit le Centre provincial de formation pour adultes à Wellington. Signature de la première Entente Canada-communauté avec le gouvernement fédéral. Inauguration du Centre scolaire et communautaire Sainte-Anne de La Grand'Terre.

1994-1999 Roméo LeBlanc, devient le 25e Gouverneur général du Canada. Il s'agit du premier Acadien à accéder à cette fonction.

26 juillet 1994 Mise en ondes de la Radio Beauséjour INC. (CJSE) à Shédiac au Nouveau-Brunswick.

19 septembre 1994 Mise en ondes de la Coopérative Radio Restigouche Ltée (CIMS) à Balmoral au Nouveau-Brunswick.

1995 Rose-Marie Losier-Cool est la première Acadienne à devenir sénatrice. Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse présente son Livre blanc sur la réorganisation du système d'éducation de la province. L'objectif visé est « d'offrir à tous les jeunes Néo-Écossais la possibilité de faire des études de la plus haute qualité ». Signature de la première Entente Canada-communauté francophone de Terre-Neuve et du Labrador.

6 octobre 1995 Mise en ondes de la Coopérative Radio Chéticamp Ltée (CKJM) en Nouvelle-Écosse.

1996 Le site Acadie.Net fait son entrée sur l'Internet grâce aux efforts d'un particulier du Nouveau-Brunswick. Loi sur l'éducation abolissant les conseils scolaires pour les remplacer par des commissions provinciales de l'éducation, des conseils consultatifs de parents auprès des districts et des comités consultatifs de parents auprès des écoles. Reconnaissance, par le gouvernement provincial, du droit des francophones à un conseil scolaire provincial francophone.

19 février 1996 Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse annonce que le siège social du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) sera situé dans la région du Sud-Ouest, là où la plus grande partie des écoles et des élèves se trouve.

1 avril 1996 Création du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) . La gestion scolaire est enfin acquise en Nouvelle-Écosse.

1997 Conférence de Calgary Signature de l'Entente Canada-Terre-Neuve relative à la gestion des écoles francophones. Signature de l'Entente Canada–Terre-Neuve relative à la gestion des écoles francophones. Création du Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve et du Labrador. La stratégie « Projet télécommunauté insulaire francophone » est élaborée et vise à créer une société du savoir où l'utilisation et l'exploitation des technologies. Émission radiophonique de trois heures diffusée cinq jours par semaine depuis un studio permanent de la Société Radio-Canada, situé à Charlottetown (CBAF-Bonjour). Le premier protocole d'entente tripartite au pays (Canada/Île-du-Prince-Édouard/communauté) est établi sur le développement de l'économie du savoir et des ressources humaines francophones. Élaboration d'un plan de développement stratégique global pour la communauté acadienne et francophone insulaire. Ouverture du centre communautaire et culturel «  La Picasse  » à l'Isle Madame. Le juge Michel Bastarache est nommé juge à la Cour suprême du Canada.

1998 Claudette Arsenault-Bradshaw devient la première Acadienne à accéder au poste de ministre fédérale. Important projet de restructuration du mouvement coopératif. Le Conseil de développement coopératif naissant regroupe seize coopératives dans des secteurs très variés. Il remplace le Conseil de la coopération de l'Île-du-Prince-Édouard, fondé en 1977. La communauté acadienne obtient la gestion du Lieu historique national de Grand-Pré grâce à une entente avec le gouvernement fédéral représenté par la ministre du Patrimoine canadien, l'honorable Sheila Copps, lors de la cérémonie officielle de signature.

18 novembre 1998 Après en avoir fait l'acquisition auprès d'un particulier du Nouveau-Brunswick, le Mouvement des caisses populaires acadienne relance le Carrefour virtuel des Acadiens, «  AcadieNet  ».

1999 Huitième Sommet de la Francophonie à Moncton, dans la province du Nouveau-Brunswick, Canada. Création du Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDENE). Deuxième «  Congrès mondial acadien  » et Retrouvailles des familles acadiennes en Louisiane. Signature par le gouvernement provincial d'un décret déclarant officiellement le 30 mai Journée de la francophonie terre-neuvienne et labradorienne. La Loi sur les services en français de l'Île-du-Prince-Édouard reçoit l'assentiment royal en avril et présente la vision de ce gouvernement quant à l'usage du français au sein du gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard. La communauté acadienne et francophone insulaire lance un projet d'implantation d'une radio communautaire à l'échelle provinciale (en voie de réalisation). Suite d'une consultation provinciale, dépôt du Plan de développement 1999-2004 de la communauté acadienne et francophone de la Nouvelle-Écosse. Signature de la deuxième Entente Canada-communauté avec le gouvernement fédéral. Première présentation du Festival acadien provincial « Grou Tyme » sur le Bord de l'eau de Halifax. Mise sur pied du Comité aviseur acadien se rapportant au ministère du Tourisme de la Nouvelle-Écosse. Bernard Lord devient le deuxième premier ministre acadien élu à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

1999 TNL - Signature le 10 décembre de l'Entente Canada-communautés (prévue de 1999 à 2004).

7 juin 1999 C'est la première fois que l'électorat du Nouveau-Brunswick doit choisir entre deux Acadiens lors d'une élection provinciale. Les Conservateurs prennent le pouvoir et M. Bernard Lord devient le deuxième premier ministre acadien élu à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

10 décembre 1999 Signature de l'Entente Canada-communautés 1999-2004.

2000 Fondation de l'Association des aîné.e.s francophones du Nouveau-Brunswick. Fermeture des portes des «  Éditions d'Acadie  ». La Cour suprême du Canada statue en faveur des parents francophones de Summerside qui tentaient depuis 5 ans d'obtenir devant les tribunaux l'établissement d'une école offrant des classes de la première à la sixième année, en français.

Janvier 2000 Toute la communauté acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard accueille avec joie la décision de la Cour suprême du Canada en faveur des parents francophones de Summerside/Miscouche qui réclamment une école. Le ministre de l'Éducation s'engage à ouvrir des écoles de langue française dans d'autres régions de la province. Un centre scolaire communautaire sera construit dans la région de Summerside. Trois nouvelles écoles françaises ouvrent leurs portes : Prince-Ouest, Summerside et Rustico. Livre vert (projet de réforme de la structure de gouverne). Proclamation des premiers articles de la Loi sur les services en français de l'Île-du-Prince-Édouard. Ouverture d'écoles françaises à Summerside, Rustico et dans Prince-Ouest. Le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDÉNÉ) embauche quatre agents de développement rural pour les régions de Chéticamp, Richmond, Clare et Argyle, ainsi qu'une agente responsable du tourisme et une agente responsable de la jeunesse. La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) adopte, à son Assemblée générale annuelle, une refonte des Statuts et règlements de l'organisme. Le juge Arthur LeBlanc de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse donne raison aux parents et demande au Conseil scolaire acadien provincial et au ministère de l'Éducation de mettre en place des écoles homogènes au plus tard en septembre 2001.

2001 Abolition de la Commission provinciale de l'éducation, des conseils consultatifs de parents auprès des districts, des comités consultatifs de parents auprès des écoles et mise sur pied d'un Forum provincial, de cinq conseils d'éducation de districts scolaires francophones et de comités parentaux d'appui à l'école. Annonce de la ministre de l'Éducation d'une nouvelle construction pour un centre scolaire et communautaire à Saint-Jean pour septembre 2003. Ouverture officielle de la Maison acadienne au 54, rue Queen à Dartmouth. La toute première Équipe acadienne, formée de vingt-quatre Acadiennes et Acadiens venus de toutes les régions de la Nouvelle-Écosse, rencontre près de cinquante représentants gouvernementaux à Halifax. Les présentations de l'équipe touchent les priorités du Plan de développement global de la communauté. Première année d'opération de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) sous sa nouvelle structure.

2002 Le Centre scolaire communautaire de Summerside ouvre ses portes. Création du Réseau santé en français. Consultations publiques suivies d'un forum provincial sur l'état des services de santé en français en Nouvelle-Écosse. Publication du rapport « Les services de santé en français en Nouvelle-Écosse ». Adoption d'une nouvelle Loi sur les langues officielles au Nouveau-Brunswick.

2003 Première parution de l'édition du journal de samedi du quotidien l'Acadie Nouvelle. Herménégilde Chiasson devient lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick en plus de mériter le premier prix quinquennal Antonine-Maillet-Acadie Vie. Les Jeux d'hiver du Canada se déroulent à Bathurst-Campbellton Plan d'apprentissage de qualité au Nouveau-Brunswick. Déménagement des annexes à l'école Our Lady Queen of Peace à Goose Bay. 2002 Ouverture d'une annexe à l'école St-Michael's à Goose Bay. Ouverture de la 6e école française de la province à Souris. Embauche d'archiviste pour la communauté au Centre d'archives acadiennes de l'Île-du-Prince-Édouard. Le 350e anniversaire de la fondation du village de Pubnico, reconnu comme le plus ancien établissement acadien toujours existant. Création d'un réseau de services de santé en français pour la Nouvelle-Écosse. La Cour suprême du Canada donne raison aux parents de la Nouvelle-Écosse en décidant qu'un juge peut garder juridiction sur une cause touchant au respect des droits des minorités de langue officielle afin de vérifier la mise en application de son jugement.

10 décembre 2003 Adoption de la Proclamation royale sur la reconnaissance des torts causés aux Acadiens.

2004 Troisième «  Congrès mondial acadien  » en Nouvelle-Écosse coïncidant avec le 400e anniversaire de l'arrivée des premiers colons en Acadie. 400e anniversaire de l'établissement permanent des premiers colons français à l'île Sainte-Croix pour amorcer la fondation de l'Acadie. L'Acadie fête son 400e anniversaire.

2005 Le 250e anniversaire commémoratif de la déportation des Acadiens de 1755. Le 250e anniversaire commémoratif de la déportation des Acadiens de 1755.

2009 Quatrième «  Congrès mondial acadien  » dans la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick.