« Retour | Archives Carrousel
Sommaire
Volume 13
Famille devant la rivière
Source : © Village historique acadien
Famille devant la rivière
Source : © Village historique acadien
Hier l'Acadie

La nouvelle Acadie

La première colonie française en sol d'Amérique s'est établie en 1604 à Port-Royal, sur le littoral de la Baie de Fundy en Nouvelle-Écosse. Celle-ci comprend, d'après le recensement de 1671, 320 personnes. En 1714, la population acadienne est évaluée à 2500 et en 1755, à 16 000 personnes. Victimes de la Déportation de 1755, les Acadiennes et Acadiens se dispersent et s'installent un peu partout sur le continent, mais en particulier dans les colonies anglaises de la côte est américaine, au Nouveau-Brunswick, à l'Île-du-Prince-Édouard et au Québec. On évalue à environ 8400 le nombre d'Acadiennes et Acadiens dans les provinces atlantiques au tournant du XIXe siècle. Ils forment de nombreuses communautés éparpillées le long de la côte où ils vivent plus ou moins en marge de la société dominante. S'il ne fait aucun doute que cet isolement les empêche de profiter pleinement d'une économie de marché en plein essor, il permet en revanche à la culture acadienne de se développer. Une élite acadienne se forme avec l'aide du clergé qui contribue à la création de collèges, de couvents, d'hôpitaux et d'institutions de charité. C'est sur ce fond de scène qu'émerge un certain nationalisme acadien dans les dernières décennies du XIXe siècle. Celui-ci sera particulièrement actif au Nouveau-Brunswick, foyer principal des Acadiennes et Acadiens des provinces atlantiques où ils constituent déjà, en 1911, 28 % de la population. D'abord culturelles, les revendications deviennent bientôt économiques, les élites acadiennes voulant trouver des solutions aux problèmes de pauvreté, d'inégalité sociale et de retard dans la scolarisation des francophones.
Cliquez pour plus de détailsL'Acadie dispersée et reconstituée, 1763-1880
La période reconstituée dans la première section du Village Historique Acadien est celle qui englobe les années 1770 à 1895. Pendant longtemps, les historiens s'intéressant à l'Acadie ont eu tendance à qualifier la période allant jusqu'aux années 1840 comme celle de « l'enracinement dans le silence ».
Renaissance acadienne, 1880-1939
Au début des années 1880, les chefs de file acadiens se sentent suffisamment forts pour élaborer un programme d'ensemble. Cette élite, en bonne partie sortie du Collège Saint-Joseph, exerce déjà une influence marquante : un journal, le Moniteur Acadien, diffuse ses idées ; enfin, une classe moyenne commence à se constituer.
Cliquez pour plus de détailsVisite du Village historique acadien (1770-1895)
Suite à la Déportation, les Acadiens se retrouvent sans demeure ni pays. L'instabilité de leur situation, la peur de devoir tout quitter à nouveau et le peu de ressources à leur disposition influencent alors grandement la construction de leurs habitations.
Cliquez pour plus de détailsVisite du Village historique acadien (1905-1937)
Depuis le tournant du millénaire, le Village offre aux amateurs de l'histoire vivante une nouvelle période historique : celle du début du 20e siècle.
Cliquez pour plus de détailsLa vie quotidienne de nos ancêtres acadiens, 1700-1880
Dans les familles acadiennes, une foule de tâches quotidiennes deviennent par habitude presque inaperçues.
Cliquez pour plus de détailsTextiles et vêtements
La fabrication artisanale des tissus est une occupation importante de la vie quotidienne des Acadiens. À partir de matières premières telles que le lin, la laine et le cuir, les Acadiens arrivent à fabriquer vêtements, lingerie et chaussures.
Cliquez pour plus de détailsHabitation et mobilier
L'architecture et le mobilier acadien n'ont jusqu'à présent fait l'objet d'aucune recherche exhaustive. Par le fait même, très peu de normes existent pour définir un style qui soit typiquement acadien.
Cliquez pour plus de détailsLes défricheurs d'eau
L'habitant acadien demeure le spécialiste incontesté de la culture des marais. Contrairement à l'habitant canadien, il ne défriche pas les terres hautes. On l'affuble du nom de « défricheur d'eau ».
Cliquez pour plus de détailsLa pêche
Après la Déportation, les Acadiens, cultivateurs par tradition, vivent désormais pour la plupart le long des côtes, principalement de la pêche et d'un peu d'agriculture.