La fondation de l'Acadie

« Retour | Archives
Commerce illégal avec les Anglais Durée : 1:22 Source : La maison de cire de l'Acadie
Télécharger Commerce illégal avec les Anglais
Durée : 1:22
Source : La maison de cire de l'Acadie Audio 

Carrousel
Volume 3 Numéro 8
Le commerce avec les Nouvelle-Angleterre, étaient illégal et ne s'effectuait pas sans risque. En 1696, un commerçant acadien, Charles Amador de Latour, était arrêté en pleine mer par les autorités du Massachusetts.
Source : © Maison de cire de l'Acadie
Le commerce avec les Nouvelle-Angleterre, étaient illégal et ne s'effectuait pas sans risque. En 1696, un commerçant acadien, Charles Amador de Latour, était arrêté en pleine mer par les autorités du Massachusetts.
Source : © Maison de cire de l'Acadie

Commerce illégal avec les Anglais

Narration : Maurice Basque

Grâce à la technique des aboiteaux, les villages acadiens produisaient des surplus agricoles qui leur permettaient d'échanger avec leurs voisins du sud, soit les marchands anglais de la Nouvelle-Angleterre, tout particulièrement ceux du Massachusetts. Ce commerce n'était cependant pas très bien vu par les autorités françaises qui le jugeaient illégal, n'empêche que la contrebande était très active entre les communautés acadiennes et la Nouvelle-Angleterre; blé, bétail, fourrure et poisson étaient expédiés à Boston en retour de produits manufacturés et de rhum de temps en temps. Ce commerce ne s'effectuait cependant pas sans risque. En 1696, un commerçant acadien, Charles Amador de Latour, était arrêté en pleine mer par les autorités du Massachusetts. Il fut traîné devant un tribunal qui ordonna de confisquer son bateau le Saint-Jacob ainsi que sa cargaison. Mais de Latour n'avait pas froid aux yeux : « Il y a des années que nous, habitants d'Acadie commerçons avec Boston, ces anglais n'avaient pas le droit de saisir mon bateau, mes agents de Boston vont pouvoir m'aider, sacredieu ! » Conseillé par ses agents de Boston, Charles Amador de Latour fit appel à la cour suprême du Massachusetts, mais il perdit sa cause. Il du donc retourné en Acadie tout en demeurant actif dans le monde du commerce.


Source : La maison de cire de l'Acadie