La fondation de l'Acadie

« Retour | Archives
Nouvelle Acadie française Durée : 1:19 Source : La maison de cire de l'Acadie
Télécharger Nouvelle Acadie française
Durée : 1:19
Source : La maison de cire de l'Acadie Audio 

Carrousel
Volume 3 Numéro 17
Plusieurs familles acadiennes vont partir s'établir dans le territoire qui est aujourd'hui le Nouveau-Brunswick où ils devront défricher l'emplacement de leur nouvelle demeure.
Source : © Maison de cire de l'Acadie
Plusieurs familles acadiennes vont partir s'établir dans le territoire qui est aujourd'hui le Nouveau-Brunswick où ils devront défricher l'emplacement de leur nouvelle demeure.
Source : © Maison de cire de l'Acadie

Nouvelle Acadie française

Narration : Maurice Basque

La région du bassin des Mines où était situé le village de Grand-Pré était la plus peuplée de l'Acadie avant 1755. Elle connaît un certain problème de surpopulation à partir des années 1720. Plusieurs familles acadiennes vont donc partir s'établir dans le territoire qui est aujourd'hui le Nouveau-Brunswick. À l'époque, la France considérait toujours ce territoire comme étant le sien, c'est la raison pour laquelle on l'a souvent appelé l'Acadie française. La région des trois rivières, soit celle de Chipoudie, Memramcook et Petitcodiac, située dans le sud-est du Nouveau-Brunswick attira plusieurs de ces familles qui vont y fonder de petits villages ou hameaux le long des rives de ces mêmes rivières. Nous voyons ici deux jeunes couples : il s'agit de deux frères, Paul et Pierre Thibodot, qui ont épousé deux soeurs, Marguerite et Elizabeth Trahan. Originaires de la région de Grand-Pré, ces deux couples sont en train de défricher l'emplacement de leur nouvelle demeure. Ils se sont installés sur les rives de la rivière Petitcodiac, tout près de ce qui est aujourd'hui la municipalité de Riverview. L'établissement des Thibodot sera détruit pendant les années du grand Dérangement.


Source : La maison de cire de l'Acadie